Julien Aubert

PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

Voici la réponse que je viens d’adresser au chef de cabinet du Président de la république suite au courrier que je partage.

Monsieur le chef de cabinet, Je vous remercie pour votre réponse en objet ci-dessous. Cette lettre type que de nombreuses personnes du collectif des PASS LAS 2020 ont déjà reçu fait l’objet de quolibets et de critiques.

Si nous nous adressons au Président de la République pour l’alerter sur les dénégations de sa ministre de l’Enseignement Supérieur, malgré la mobilisation de 170 parlementaires, concernant l’injustice que subissent les étudiants en PASS LAS, ce n’est pas pour nous entendre répondre que vous ne manquerez pas de signaler votre démarche à cette même ministre. Votre réponse va à l’encontre de votre affirmation comme quoi : « Monsieur Emmanuel MACRON, très attentif aux préoccupations que vous exprimez, m’a confié le soin de vous assurer qu’il en a bien été pris connaissance ».

Si les correspondances avec la présidence de la république ne consistent qu’à de simples accusés de réception nous n’en voyons pas l’intérêt. Si comme vous l’écrivez, le président est très attentif aux préoccupations que nous exprimons, comment se fait-il que l’application de la réforme des études de santé soit toujours contrevenante de la loi de 2019 ? Que les étudiants primo-entrants soutenus par sénateurs, députés, présidents de régions et j’en passe restent les sacrifiés de cette réforme impréparée ?

Que malgré la loi de 2019 les étudiants ne connaissent toujours pas les chiffres pour un passage en deuxième année ou une réorientation sur Parcours Sup ? Etc…Si être attentif aux préoccupations c’est renvoyer un accusé de réception et demander au responsable du désastre de gérer les plaintes, ce n’est malheureusement pas recevable. Je vous invite, vous prie, vous implore, au nom de ces étudiants méritants qui vivent un cauchemar, de sensibiliser le président à cette juste cause et de suivre les recommandations que le collectif PASS LAS propose pour sauver cette promotion sacrifiée.

Je vous prie d’agréer, Monsieur chef de cabinet, l’expression de ma très haute considération. A ceux qui ont reçu cette réponse de la présidence, je vous invite une nouvelle fois à écrire comme je viens de le faire

.Sebastien FourneronCollectif national Pass/Las

· Réponse du cabinet du Président de la République à notre étonnement de la situation. Cette réponse n’aura de valeur que par les mesures prises pour nos étudiants !

Monsieur, Le Président de la République a bien reçu le courrier que vous avez souhaité lui adresser. Monsieur Emmanuel MACRON, très attentif aux préoccupations que vous exprimez, m’a confié le soin de vous assurer qu’il en a bien été pris connaissance.

Aussi n’ai-je pas manqué de signaler votre démarche à Madame la ministre de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation qui vous tiendra directement informé de la suite susceptible d’y être réservée

.Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments les meilleurs. Brice BLONDE

témoignage :

« Lettre ouverte à nos gouvernants,

Comme tous les parents de nos étudiants en médecine, je tiens à rappeler en préambule que nous pratiquons le système et ses méandres depuis de nombreuses années et que, contrairement à nos enfants tout juste adultes et encore impressionnables, nous sommes avertis de ses vertus et pièges.Nous en connaissons les règles du moins autant que faire se peut. Je tiens à le préciser car depuis quelques temps, on me répond que je dois mieux me renseigner, que je ne dois pas m’inquiéter, que bien sûr tout à été prévu et que je m’inquiète pour rien. Non, ce que nous vivons depuis septembre n’est pas de l’ordre du normal et les failles qui apparaissent au fil des réponses administratives ne ressemblent en rien à celles que j’ai pu pratiquer jusqu’à présent. Je sais également, que certaines décisions sont prises en ce moment et qu’il est urgent de faire entendre la voix de nos jeunes qui, travaillant de 8h à 23h, bien que paniqués par les informations que les professeurs et l’administration leur envoient, n’ont pas la possibilité d’aller dans la rue pour exprimer leurs inquiétudes, préparant leurs examens.En tant que parent, je considère que notre rôle est d’accompagner nos enfants dans leurs démarches en étudiant toutes les possibilités qui se présentent, adopter la solution qui semble la plus cohérente en fonction de sa personnalité et de ses rêves et prévoir des plans B au cas où, car parfois, même en donnant le meilleur de soi même, on n’atteint pas ses objectifs.Je ne suis pas une maman qui cherche à tout prix à protéger son enfant. De même, la teneur des informations et réactions du collectif Pass/Las, me rassure. Il ne s’agit pas d’un collectif complotiste. Les parents qui témoignent sont avertis, sensés, ont contacté les responsables des universités, ont été patients jusqu’à présent et ne demandent pas à renverser le pouvoir. Ils demandent l’application de ce qu’on leur avait promis, un système cohérent, juste et adapté à une situation transitoire complexe, visant à améliorer ce qui existait jusqu’alors.Nous nous sommes renseignés, avons été aux portes ouvertes, avons lu les mails de l’administration, certes. Mais nous avons également écouté les messages des tuteurs, les commentaires des professeurs désabusés par la quantité de travail et lu entre les lignes les réponses contradictoires de la scolarité envoyées tard le soir, probablement sous la pression des nombreuses questions qui commençaient à venir de soi. De même, bien que préparés à une année de concours qui ne porte plus ce nom, nous sommes estomaqués par les retours de nos étudiants, inquiets de les voir s’enfoncer dans la dépression et soucieux de demander des vrais chiffres et des réponses rassurantes quant à leur avenir, que ce soit pour un passage en deuxième année ou une réorientation sur Parcours Sup.Cela ressemble à un inventaire à la Prévert mais voilà quelques exemples de ce que nous ne comprenons pas :PACES, PASS, LAS n’ont pas le même traitement au sein des différentes universités de France. De même, bien que des universités pilotes aient expérimenté la réforme et constaté qu’il devait y avoir une augmentation significative du nombre d’admis au cours de l’année de transition, les augmentations prévues en ‘Région’ semblent faibles en comparaison de ce qui a été mis en place à Paris. Autre point, certaines académies accordent une inscription en LAS1, d’autres non, engendrant ainsi une incertitude paralysante pour l’élaboration d’un projet cohérent sur Parcours Sup. De plus, les notes du semestre 1 sont parfois publiées, parfois non (comme à Nantes par exemple), les rattrapages n’ont pas tous été mis en place à la fin du semestre 1, contrairement à ce qui avait été annoncé. Comment savoir si la deuxième année est accessible et si l’on va pouvoir éventuellement repasser le concours en LAS2 ? Enfin, pour ce qui est de Parcours Sup, comment vont être considérés nos étudiants dans l’accord de leurs vœux en prépa, L1 et réorientations diverses ? Passeront-ils après tous les terminales 2021 ?Je m’adresse à vous, gouvernants, qui avez fait de brillantes études et avez eu accès aux meilleurs parcours.Permettez à nos enfants de montrer leur valeur à leur tour. J’imagine bien que toute réforme est compliquée, que l’on ne peut pas satisfaire tout le monde et que les périodes transitoires sont forcément douloureuses. Mais aujourd’hui, je vous demande de nous apporter des réponses et d’adapter celles-ci aux retours nombreux des parents, députés, sénateurs…alertés par les témoignages nombreux. Nos enfants ne peuvent pas se défendre, ils n’en ont pas le temps et ont peur des représailles, mais nous, parents, pouvons donner de la voix. Je rêve que courant mars, les décisionnaires se soient réunis pour revoir leur copie et nous apportent la preuve que le nombre de places accordées en numerus apertus soit cohérent avec le nombre de tous les étudiants en lice, que les notes qui seront prises en compte pour l’admissibilité en deuxième année (médecine incluses) permettent à tous ceux qui en auraient le niveau dans tout autre parcours universitaire de valider leur première année et enfin que l’algorithme de Parcours Sup prendra en compte la situation actuelle (année transitoire, bafouillements liés à la mise en place de la réforme, confinement…) et permettra une réorientation à la hauteur de la valeur des dossiers de nos étudiants qui étaient bien placés à la sortie de la Terminale l’an passé.Je refuse de me résigner à accepter que la République Française oblige ses enfants de Métropole et d’Outre-Mer à passer par des écoles privées ou des parcours à l’étranger onéreux alors que nous payons des impôts pour une égalité pour tous. Ces étudiants-là n’ont pas besoin de psychologues, ils ont besoin que les responsables tiennent leurs promesses et cessent de leur faire vivre des ascenseurs émotionnels insupportables au quotidien. « Merci pour ce témoignage#passlas2020promosacrifiée

COMMUNIQUE DE PRESSE :

CECILE CUKIERMANN SENATRICE :

VALERIE PETIT DEPUTEE :

Collectifs locaux : préparez-vous à l’action Nous le voyons, l’immobilisme gouvernemental prévaut en ce qui concerne nos demandes légitimes d’être traités avec respect et équité.Le relai important du public, le soutien massif des parlementaires et aujourd’hui des représentants des professionnels de santé font bouger les lignes millimètres après millimètres. Ce levier d’informations, de pédagogie pour expliquer les arcanes d’une réforme complexe, pour démontrer l’évidente iniquité dont souffre notre génération PASS-LAS 2021 est le levier principal car il est populaire.Au demeurant, devant l’inaction des ministres concernés et au premier chef de Mme VIDAL, il est indispensable de prévoir les moyens d’actions légaux afin de stopper la mise en application des actes de publication du nombre de places alloués aux PASS-LAS.Les mobilisations spontanées dont sont issus les collectifs et qui ont pris formes sur les réseaux sociaux représentent la cristallisation de notre mobilisation. Il est aujourd’hui temps de doubler ces lieux de paroles de structures de représentation associatives afin de pouvoir porter nos demandes sur le plan légal.Le collectif national, il vous en a informé, s’organise en ce sens afin d’agir l’échelon national.Le collectif de Marseille vient lui aussi de créer son association PASS LAS MARSEILLE 21 Asso Plm et s’engage sur cette voie afin de déposer les recours utiles à annuler la délibération fixant le nombre de places que nous estimons illégale.Les déviances par rapport aux textes fondant la réforme sont nombreuses et si le pouvoir exécutif ne varie pas devant la pression du pouvoir législatif et de l’action populaire, le pouvoir judicaire le fera. Collectifs régionaux, organisez-vous, mobilisez-vous : les semaines à venir sont déterminantes.La création d’une association est simple et rapide, elle se fait en ligne en quelques heures et elle permet de se tenir prêt à engager une action immédiate dès la publication des délibérations de faculté ou dès la création de l’asso si les délibérations sont déjà rendues, comme à Marseille.L’association PLM21 se tient à la disposition des admin des collectifs locaux afin de leur communiquer les documents utiles (Statuts, PV d’AG constitutive, solution aux problèmes d’anonymat…). Nous ne ferons pas les démarches à votre place 😉 mais vous n’aurez pas besoin d’inventer l’eau tiède😁. Dans quelques semaines vous n’aurez d’autres alternatives que des actions de recours individuels face aux résultats… qui seront fonction du nombre de places que vous aurez accepté sans réaction aujourd’hui ou demain.L’action ? c’est maintenant ! 💪https://www.associations.gouv.fr

VALERIE PETIT deputée :

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :