A l’attention de Jean Castex

Collectif National PASS/LAS Le 22 février 2021

Monsieur le Premier ministre,

Le collectif national PASS/LAS qui regroupe des étudiants primants PASS et LAS en études

de santé et leur famille, souhaite vous alerter une nouvelle fois au sujet de la situation

désespérante que vivent ces étudiants et sur la manière méprisante dont les ministères

concernés gèrent ce problème.

Malgré de très nombreux courriers et l’intervention de plus de 160 parlementaires, Madame

Frédérique VIDAL, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation

reste campée depuis le 12 octobre 2020 (cf. PJ lettre adressée au député Eric CIOTTI) sur une

position inacceptable pour ces étudiants : elle prévoit pour les étudiants primants post-réforme

PASS/LAS le même taux de réussite que pour les anciens primants PACES (entre 80 à 95 %

de taux d’échec suivant les universités) alors que le redoublement est maintenant interdit et

que la réforme avait justement pour objectif de limiter le taux d’échec.

De plus Madame VIDAL fait miroiter aux étudiants une pseudo-seconde chance via une

réorientation en seconde année d’accès santé alors qu’elle sait pertinemment que cette

possibilité ne concernera qu’un très faible nombre d’étudiants qui seront parvenus à valider

leur double cursus, que les capacités d’accueil des universités censées les accueillir sont très

limitées, que les étudiants ont, pour une très grande partie d’entre eux, choisi une mineure par

défaut (certains se sont même vu imposer leur mineure) et que le taux de réussite de ces

futurs « redoublants PASS » en LAS 2 sera très inférieur à celui des anciens redoublants

PACES.

Or malgré toutes ces remarques, relayées également par les associations étudiantes en santé

dans leur rapport de novembre 2020 « Pronostic mental engagé », Madame VIDAL confirme

sa position dans un nouveau courrier du 12 février dernier adressée à Lise MAGNIER (cf.PJ),

qui est un véritable copier-coller de celui du 12 octobre 2020: « (…) le nombre d’admis en

filière de santé sera au minimum à hauteur du taux de réussite des trois années précédentes ».

Nous avons à faire à une ministre totalement sourde et insensible au désespoir que génèrent

ses écrits auprès des jeunes étudiants concernés et qui semble plus préoccupée par sa future

carrière politique que par le bien-être et la réussite des étudiants.

Constatant que Madame VIDAL ne changerait absolument rien dans ses positions malgré les

multiples appels à l’aide, les parlementaires qui nous soutiennent se sont alors tournés vers le

ministre de la Santé et des Solidarités, Olivier VERAN.

Et c’est avec stupeur que nous avons pris connaissance de sa réponse le 18 février dernier au

sénateur Alain MILON. Monsieur VERAN admet sans sourciller que les étudiants primants

PASS/LAS de cette année sont pénalisés par la mise en place de la réforme car selon ses

1

propres termes  » il y a toujours une année (…) qui est l’année de transition (…) au moment où

s’opère la bascule (…) qui peut être vécue de façon un petit peu injuste parce que de fait (…) il

y a pour les premières années de médecine (…) un peu moins de places qu’il y en avait l’année

dernière  » .

De plus Monsieur VERAN a annoncé qu’il allait être demandé aux universités une

augmentation de 10% seulement pour la filière médecine uniquement, ce qui nous a révoltés.

En effet, les positions de vos deux ministres ne respectent pas les engagements pris par le

gouvernement vis-à-vis des parlementaires lors de l’adoption de la loi du 24 juillet 2019 car

l’exposé des motifs de son article 1er indique clairement :

« une part d’augmentation pour cette seule année du nombre d’étudiants admis en deuxième année

sera spécifiquement dédiée à la gestion de ces redoublants, afin de ne pas créer d’inégalités au

détriment des étudiants primants , qui commenceront leur cursus à la rentrée universitaire 2020 . »

Les députés et sénateurs ont voté cette loi en connaissance de cet exposé des motifs.

Les ministres ne peuvent pas faire comme si ce dossier législatif n’existait pas, ils ne peuvent

pas laisser tomber cette première génération qui essuie les plâtres de la réforme en pleine

pandémie Covid en admettant qu’elle soit sacrifiée et en tournant la tête en disant que cela ira

mieux pour les prochains !

Les 10 % d’augmentation sur le plan national avancés par Monsieur VERAN pour la seule

filière médecine ne sont même pas à la hauteur de l’augmentation du numerus qui avait été

accordée en 2019 alors que seules 4 des 6 universités pilotes de la réforme étaient en année de

transition: cette année-là le numerus toutes filières confondues avait été augmenté de 10% sur

la plan national.

Vous comprendrez aisément que les étudiants ne puissent pas se contenter de cette même

augmentation en 2021 alors que 31 universités doivent se partager les places supplémentaires

octroyées dans le cadre de la généralisation de la réforme !

Les six universités pilotes qui ont mis en place la PACES ONE en 2018 et 2019 ont bénéficié

d’une augmentation de 33,6 % en moyenne du numerus pour la seule filière médecine (47 % à

la Sorbonne !) et de 27,8 % pour les filières MMOP (cf. graphiques en PJ).

Les expérimentations menées dans ces universités ont démontré qu’une année de transition

équitable était possible sous réserve d’une augmentation exceptionnelle de l’ordre de 30% du

nombre total de places offertes en 2ème année.

Nous n’avons pas pu réaliser le calcul pour la filière kinésithérapie car les chiffres sont fixés

par région et non pas par académie, mais nous n’accepterons pas que les étudiants qui

souhaitent s’engager dans cette profession soient les grands oubliés de cette année de

transition.

Sur ces six universités pilotes, cinq sont des universités parisiennes (soit la totalité des

universités parisiennes à l’exception de celle de Paris Nord Bobigny) et elles ne sont pas

situées dans un désert médical.

Par conséquent, le collectif national PASS/LAS vous conjure monsieur le Premier ministre

d’intervenir dans ce dossier afin de rétablir l’équité et d’ainsi garantir :

2

􀀀 une égalité de traitement pour toutes les universités françaises pour leur année de

transition avec une augmentation minimale de la capacité d’accueil de 30 %

toutes filières confondues (y compris la filière kinésithérapie) ainsi que le respect

de la loi qui indique explicitement que les étudiants primants PASS et LAS ne doivent

pas être pénalisés : la loi est claire, les places des redoublants PACES ne doivent

pas être déduites du numerus, elles doivent faire l’objet d’un numerus

supplémentaire financé par une enveloppe budgétaire spécifique.

􀀀 votre soutien auprès du MESRI pour que le redoublement soit

exceptionnellement accordé aux étudiants PASS qui le souhaitent le temps que le

dispositif de réorientation soit totalement revu et repensé, afin d’être une véritable

source d’espoir dans un futur avenir choisi par l’étudiant et non pas subi pour

conserver à n’importe quel prix une seconde chance.

Car, pour le moment, comme l’a écrit si justement la députée Delphine BAGARRY le 19

février 2021 à Madame VIDAL et à Monsieur VERAN : « Plus qu’aucune autre, cette

génération représente le gâchis qu’a été, durant tant d’années, la première année commune

aux études de santé (PACES) alors que c’est elle qui devait symboliser sa fin, finalement c’est

elle qui se retrouve avec le moins de chance de réaliser la vocation de tant d’étudiants parce

qu’elle se retrouve au mi-temps d’une réforme ».

Les étudiants PASS et LAS sont en détresse et ne savent plus comment faire pour se faire

entendre. Ils ont le soutien de 120 députés, de 40 sénateurs et rien n’y fait, la machine

destinée à les broyer est lancée et personne n’en tient les commandes.

Nous sommes très inquiets et nous vous alertons sur leur état psychologique, beaucoup

d’entre eux sont au bord de la rupture et nous craignons des drames.

Nous comptons donc sur vous en tant que chef du gouvernement pour les sortir de ce

chaos, si rien n’est fait chaque acteur concerné et alerté au plus haut niveau sera tenu

pour responsable.

Nous vous prions d’agréer, Monsieur le Premier ministre, l’expression de notre très haute

considération.

Le collectif national PASS/LAS

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :